itemprop='image'

Dans les pas de DIDIER LOCKWOOD : Une chronique photographique (1977-2018) par Christian Ducasse
Vernissage le 01 octobre à 19h30


 

Marseille fut un terrain d’aventures pour Didier Lockwood, une ville de rencontres fécondes. En pleine lumière avec le mythique Magma de Christian Vander de 1974 à 1976, Didier brillait comme le soliste providentiel d’une scène rayonnante d’électricité.
Dans la cité phocéenne il prêtait son talent à des musiciens n’ayant pas froid aux yeux. Le guitariste Alain Caronna ou le bassiste Jacques Ménichetti bonifiaient sa présence et réciproquement de 1977 à 1979. En mode pop-rock ou jazz-rock le violon endiablé
de Lockwood participait à nombre de bacchanales musicales. Lorsque Didier commença à sérieusement s’investir dans l’univers du jazz, sa notoriété aidant, un fidèle public suivit ses aventures.
Il fut ainsi l’invité à Châteauvallon (Var) en 1979 du Jazz Hip trio, formation créé par le contrebassiste Roger Luccioni, grande figure du jazz côte sud. Rapidement, tandis qu’un agent spécial entrait en scène en la personne de Jean-Marie Salhani, Didier format son
premier groupe de jazz. Il apparut le 1er mars 1981 à Marseille en leader, au théâtre Toursky pour de la création d’une toute nouvelle association : le Cri du Port.
Le fusée Lockwood était dorénavant en orbite et sa lumière brillera sans discontinuer jusqu’en février 2018.
Durant ces cinq décennies, je fus le témoin attentif de nombreux épisodes, de Marseille à Nîmes, puis New York, Paris, Coutances, Orléans, … autant de souvenirs aujourd’hui si émouvants.
Christian Ducasse juin 2021

Détails des prochaines sessions

Du au