La vie d’Anaïs Nin sublimée par le trait de Léonie Bishoff : magistral !


Le récit commence dans les années 30 et l’on découvre Anaïs Nin peu après son mariage avec Hug Parker Guiler (Hugo). Tiraillée entre son amour pour ce dernier, son envie d’être une femme rangée comme le veut l’époque et son désir d’écrire, Anaïs n’est pas heureuse et se cherche. Son journal est son échappatoire et lui permet d’entrer en résonnance avec toute la complexité de ses sentiments. Lorsqu’elle croise le chemin d’Henry Miller, leur complicité intellectuelle est immédiate et sa vie prend alors une autre tournure. Elle part à la rencontre des multiples femmes qui sommeillent en elle.


Que l’on connaisse ou non l’œuvre de l’écrivaine Anaïs Nin, ce portrait poétique de cette femme libre est tout simplement magnifique. Léonie Bishoff a mis 8 ans à le réaliser. Elle a utilisé principalement des crayons dont un avec une mine à quatre couleurs ce qui apporte beaucoup de fraîcheur aux dessins. Si l’omniprésence des motifs floraux et de la nature est un écho au Paris des années 30, ces motifs magnifient les scènes érotiques avec délicatesse, volupté et sensualité. Aucune pornographie, au contraire, on navigue aux côtés d’Anaïs en quête d’elle-même, repoussant parfois très loin les limites surtout pour son époque. Cet album bouscule, interpelle et envoûte avec ses sublimes illustrations.

 

Nous avons détecté une activité suspecte. Veuillez cliquer ici pour poursuivre.